Presse

Les buveuses de café sont élégantes et mondaines, mais de glaces car clonées comme deux reflets dans un miroir déjà traversé. Et elles reprennent du café (visiblement aphrodisiaque), le buvant sur la table, avant de passer aux plaisirs, toujours aussi givrées. Plus elles font jouer la séduction, plus les corps montent en force musculaire. Et plus elles sont elles-mêmes, moins elles paraissent humaines. 

Un travail puissant et plein d'ironie sur l'interstice entre l'être et le paraître, la glace et le feu. Savoureux et exaltant comme un café bien frappé !

Thomas Hahn, Danser Mag / Avril 2011