Presse

(...) La compagnie belge « Mossoux-Bonté » a réalisé, avec trois femmes et deux hommes, un grotesque musée de cire, ironique, surréaliste et fantasmagorique qui restera longtemps dans les mémoires.

Ute Schaltz-Laurenze, Taz Bremen / Mars 2002