Presse

Les cinq figures articulées que manipule Nicole Mossoux s’incrustent à une jambe, lui empruntent un bras, s’emparent d’une main. Un ballet gracieux et cruel où chacun semble vouloir prendre le contrôle de l’autre, et où il est parfois difficile de distinguer le vivant du pantin.

Christelle Granja, Libération / Août 2013

 

Spectacle inouï que celui-là qui charrie tout à la fois la stupeur et le charme, le sourire et l’angoisse, la douceur et la mort.
(…) Nicole Mossoux est extraordinaire, sa présence presque atone, la maîtrise de l’espace et du rapport avec la salle, le vide qu’elle crée pour nous laisser entrer dans ce pas de deux et sa maîtrise à cohabiter d’égale à égale avec ses "moitiés" sont hallucinantes. Les saynètes montent du noir, allument en nous un mystère, l’alimentent quelques instants pour s’évanouir à nouveau sans avoir épuisé notre imaginaire.

Sophie Creuz, L’écho / Décembre 1994

 

Un voyage captivant et plein d’humour et de mystère au cœur des troubles que l’on tait, des pulsions que l’on tente d’étrangler plutôt que d’assumer. Un étonnant dialogue avec l’autre ou les autres qui palpitent en nous, à qui Nicole Mossoux donne (dans tous les sens du terme) magistralement vie. Intensément magique.

Christelle Prouvost, Le Soir / Janvier 1994