Transmissions

Générations

En 2004 fut créé Générations, une installation chorégraphique pour 12 danseurs, la plupart complices de longue date. Ils ont forgé et se sont transmis des modules gestuels qui jouent avec le rapport de l’un avec le multiple…
Nous entendions alors la transmission comme le maillage d’un réseau – un rhizome aimions-nous dire – qui fonctionnait à l’horizontale, les danseurs s’apprenant leurs matières gestuelles les uns aux autres. Nous étions les garants de la cohérence dramaturgique : un réseau qui se lie et se délie, comme un organisme en permanente évolution, un brassage de temporalités diffractées, un enchevêtrement d’histoires anachroniques.
Mais les matières restaient intrinsèquement liées à l’imaginaire et au caractère de chacun des interprètes : l’intérêt étant pour eux, d’abord de composer leur "aire", ensuite de "rentrer dans la peau" des autres, de s’y fondre un moment pour arriver à présenter des déclinaisons, des accompagnements, des accords et des désaccords, à la proposition  initiale.

Petite imposture

À l’automne 2014, sur une idée de Silvia Bidegain* et de Christian Lanthoën**, nous avons transmis une de nos dernières créations à de tous jeunes interprètes du Conservatoire de Paris (dont la section danse est dirigée par Christophe Paré). Force nous a été de constater que la formation en Danse a beaucoup évolué depuis l’époque (la fin des années 70) où nous nous en sommes quelque peu éloignés. Et, sous couvert de la partition du spectacle Histoire de l’imposture, à laquelle nous sommes restés fidèles, c’est la qualité de présence, la réinterprétation de l’intention dans la forme, que nous avons exploré avec eux.
Un très beau croisement s'est opéré, après un temps d'acclimatation où les élèves ont senti qu'ils pouvaient aller plus loin qu'une bonne exécution de la pièce. Leur réponse fut dynamique, empreinte de curiosité et de fantaisie, un coup d'air frais pour nous !

Petite imposture représente les dernières vingt minutes d'Histoire de l'imposture, prises quasiment in extenso. 

* Silvia Bidegain est Maître de Ballet au CSNMDP.
** Aujourd’hui responsable  du Jeune Ballet au CSNMDP,  Christian Lanthoën avait participé à la programmation des Dernières Hallucinations de Lucas Cranach L’Ancien à l’Hippodrome de Douai en 1997.