Kefar Nahum

Donner vie à des objets au point que leur appétit de vivre dévore le manipulateur lui-même.

Un monde d’objets, d’objets de rien, récoltés au hasard des tournées, auxquels on prête une âme, des désirs humains, des pulsions animales. Incarnation, dévoration, incarnation, dévoration. Ils nous refont le grand bordel de l’humanité.

Jeux de pouvoir et droit de cuissage, monstrueux accouplements, accouchements contre-nature, violences inexpliquées, exécutions sommaires prennent place dans un cortège d’incessantes transfigurations, auxquelles même le corps du manipulateur n’échappera pas, absorbé comme autant de matière  - chair et os.

Sur le plateau : deux tables, deux maîtres d’œuvre.
Elle, femme-araignée, manipule une déferlante de monstres de pacotilles.
Lui, à ses claviers, leur donne voix et alentours.

On cherche, dans la symbiose qu’ils opèrent, à distinguer de quelle pulsion part le geste, lequel de ces deux mondes imbriqués engendre l’autre. 

Concept et chorégraphie Nicole Mossoux
Mise en scène Patrick Bonté, Nicole Mossoux
Interprétation Nicole Mossoux
Musique live Thomas Turine
Scénographie Johan Daenen
Costumes Colette Huchard
Lumières Patrick Bonté
Régie plateau Mikha Wajnrych
Régie générale David Jans
Regard complice Agnès Limbos

Une production de la Cie Mossoux-Bonté en coproduction avec Festival Fidena, Bochum (Allemagne)
En partenariat avec Regards et Mouvements (France)
Avec le soutien de la SACD, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service de la danse et Wallonie-Bruxelles International.