À blanc

Au centre du spectacle, une figure de femme anonyme pour dire toute l’ambiguïté de ce que la guerre porte en elle. Des histoires se tissent, des tableaux prennent forme, où passent Madame et ses mythologies : mère hurlante, passionaria orientale, pythie érotique ou grande noyée, gardienne suspendue ou prisonnière épinglée…

L’humour cependant n’est jamais absent lorsqu’elle traverse ses véhémences et croise des animalités oubliées… Situations fantasques où le geste dessine à blanc les lignes imaginaires de nos bien réelles violences.

À blanc est le fruit d’une rencontre entre Pascale Houbin et Patrick Bonté qui confrontent ici leurs pratiques, leur sensibilité et leurs cultures. Plus que dans l’échange, l’enjeu du spectacle se situe dans l’interaction entre le mouvement, l’intention théâtrale et l’image qui les rassemble.

Concept et réalisation Patrick Bonté, Pascale Houbin
Chorégraphie Pascale Houbin
Mise en scène Patrick Bonté
Interprétation Pascale Houbin
Conception machinerie Pierre-Jean Verbraeken
Costumes Colette Huchard
Maquillage Jean-Pierre Finotto
Objets Philippe Binard
Lumières Patrick Bonté
Bande son Patrick Bonté, Pascale Houbin
Montage et mixage de la bande son Patrick Bonté
Régie générale Denis Rion

Une production de la Cie Mossoux-Bonté et de la Cie Non de Nom (France), en coproduction avec l'Etablissement Public du Parc de la Grande Halle de la Villette, Paris (France), dans le cadre des résidences d’artistes 2004, Le Rayon Vert – Scène Conventionnée, Saint-Valéry-en-Caux (France), Les Brigittines – Centre d’Art contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles (Belgique) et le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines (France), avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service de la danse et Wallonie-Bruxelles International.