Contre Saturne

Autrefois, Saturne était la planète la plus haute, la plus froide et la plus lente que l'on connaissait. Elle invitait à la contemplation, convoquant les rêves les plus sombres mais aussi les sentiments les plus paradoxaux: la conscience n'existe-t-elle que dans l'assurance de sa finitude? Qu'est-ce que ce corps qui permet la pensée et qui, dans sa chute, la détruira? De quel mystère est-il porteur?

S’interrogeant sur la mélancolie qui nous traverse en cette fin de siècle le spectacle ne cherche pas à en éluder les contradictions et suit un fil imaginaire tissé entre des scènes saturniennes (où s’avoue le lyrisme des songes, des nostalgies, de l’abandon) et des séquences saturnales (dérision, désordre et délire) qui tentent d’en évacuer tout tragique…

Concept et mise en scène Patrick Bonté
Chorégraphie Nicole Mossoux, Patrick Bonté
Interprétation Lilian Bruinsma, Pascal Crochet, Jo Deseure, Jean Fürst, Claire Haenni, Isabelle Lamouline, Nathalie Laroche, Séverine Matteuzzi, Carine Peeters, Enzo Pezzella, Karine Pontiès, Ives Thuwis, Erika Zueneli
Musique Christian Genet
Scénographie Marie-France Martin
Costumes Colette Huchard
Maquillages Jean-Pierre Finotto
Lumières Patrick Bonté
Régie Générale Pierre Stoffyn, Frédéric Vannes

Une production de la Cie Mossoux-Bonté en coproduction avec Charleroi/Danses – Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bruxelles (Belgique), Centre Théâtral de Namur (Belgique) et La Rose des Vents – Scène Nationale, Villeneuve d’Ascq (France), avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service de la danse et Wallonie-Bruxelles International.